Available in: ja日本語 enEnglish

La Game Preservation Society est une association à but non lucratif gérée par des volontaires dont les connaissances et les compétences professionnelles sont utiles à la préservation du jeu vidéo.

Au Japon, de nombreuses personnes aiment depuis longtemps les jeux vidéo et ont cherché à les protéger d’une manière ou d’une autre. Il n’existait pourtant aucune organisation mettant tous ces gens en contact. La Game Preservation Society a été fondée pour remédier à cette lacune.

Aujourd’hui, nos membres se regroupent autour de diverses activités, toutes liées à la préservation des jeux des années 1980 (pour ordinateur, console et arcade). Nos membres possèdent de multiples atouts, tels que la remasterisation de copie, l’expertise du matériel, la collecte et la conservation du logiciel, la conception de bases de données, les techniques de traitement d’image, etc. Nos membres mettent à profit l’ensemble de leurs compétences dans une coopération solidaire pour s’assurer que la culture du jeu vidéo est préservée.

Il existe quantité de ressources mais aussi de problématiques spécifiques à la préservation du jeu, et c’est une mission impossible à mener pour une personne isolée. En nous faisant connaître plus largement, nous espérons générer davantage d’efforts de coopération afin de rendre cette tâche réalisable. Quels que soient les résultats de cette démarche, nous continuerons d’œuvrer dans ce but. Merci de nous aider autant que possible.

Un message de nos directeurs :

Joseph REDON

Je suis Joseph Redon, président de la Game Preservation Society.

Je suis fasciné par l’histoire des jeux vidéo des années 1980 depuis mon jeune âge, et j’ai fondé la Game Preservation Society dans un effort pour protéger et transmettre ce patrimoine culturel de grande valeur.

Comme la peinture et le cinéma, le jeu vidéo constitue une véritable culture qui doit être sauvegardée pour les générations futures.

Malheureusement, les personnes qui adhèrent à cette vision et tentent de la réaliser sont une minorité au Japon.

Depuis les années 1970, la créativité dont ont fait preuve les jeux japonais a fortement influencé la production occidentale, mais ce patrimoine magnifique n’est pas reconnu à sa juste valeur dans l’archipel et les efforts entrepris pour préserver cette ressource culturelle sont largement insuffisants. Il est essentiel que nous soyons les premiers à réagir, pour protéger ce qui nous appartient.

Certains le savent, la préservation des jeux vidéo est confrontée à un problème singulier : la dégradation des données. Si rien n’est fait pour les sauver aujourd’hui, ces données seront définitivement perdues.

Il existe déjà quelques initiatives comparables à travers le monde. La Game Preservation Society, avec l’aide de ses volontaires, fera elle aussi tout ce qui est nécessaire pour préserver et transmettre la culture vidéoludique.

Dans l’immédiat, nos missions principales sont la sensibilisation à l’urgence de la situation, le recrutement de volontaires pour le travail de préservation lui-même, et la sécurisation des jeux (aux ressources et données vulnérables) disséminés aux quatre coins du pays.

Je veux, de toutes mes forces, protéger et transmettre l’histoire des jeux japonais, ici au Japon. Que vous ayez déjà participé à des entreprises similaires, que vous soyez néophyte mais néanmoins intéressé par notre projet, ou que vous soyez convaincu de pouvoir apporter quelque chose à la sauvegarde du jeu vidéo, n’hésitez pas à nous contacter. En tant que groupe, nous pouvons accomplir ce qui est impossible pour un seul individu.

Travaillons ensemble pour transmettre aux enfants de demain la passion des jeux du passé.

 

Takuya FUKUDA

Bonjour,

Je suis Takuya Fukuda, directeur de la Game Preservation Society.

Puisque vous visitez notre site web, je suppose que vous aimez les jeux vidéo, n’est-ce pas ?

Se retrouver chez un ami et s’amuser ensemble sur des jeux. Taper à la main ces programmes qu’ont trouvait dans les magazines. Gagner de l’argent de poche et mettre de côté pour s’acheter un jeu qui finalement s’avérait être une déception.

Tous ces jeux vidéo conservés dans nos souvenirs, à défaut d’être proprement préservés, finiront par disparaître dans l’oubli.

Et si nous nous contentions de préserver les disquettes sous forme numérique, est-ce que ce serait OK ?

La réalité est que nous ne perdons pas seulement le support physique avec le temps.

Ce qui m’intéresse en priorité, c’est la maintenance des vieilles machines et la numérisation des données (extraites de disquettes, cassettes, etc.), ainsi que la recherche et le développement concernant la remise en activité de ces machines.

Les informations relatives à ces sujets sont oubliées peu à peu. J’ai le sentiment que nous avons vraiment besoin de la coopération d’un maximum d’entre vous pour y remédier.

Même si vous n’étiez pas développeur à l’époque, et si vous ne l’êtes toujours pas aujourd’hui, votre passion pour les jeux vidéo est suffisante. Travaillons ensemble pour préserver cette culture.