Quelques questions/réponses pour mieux nous connaitre

Comment fonctionne la Game Preservation Society ?

La Game Preservation Society une organisation à but non lucratif japonaise dédiée à la préservation des jeux vidéo des années 70 aux années 90. Fondée en 2011, l'organisation comporte 17 membres clés et 28 membres de soutient. Une assemblée nationale est organisée annuellement ainsi que diverses sessions autour de différentes activités (réparation de machines, archivage de jeux, etc). L'organisation dépend uniquement des souscriptions et dons de ses membres. Elle ne reçoit aucune aide d'institutions publique, mais en recherche. De plus, pour conserver son indépendance, l'organisation insiste pour ne pas dépendre de n'importe quel éditeur de jeu.

Comment puis-je aider la Game Preservation Society ?

Peu importe votre profession, votre âge ou votre pays, tout le monde est bienvenu pour devenir un membre de la Game Preservation Society. Vous devez juste nous donner votre nom et votre adresse et vous acquitter des frais d'adhésion annuels de 3,000 yens (ou plus si vous désirez nous soutenir). Cela fait environ $30 / £20 / €30. Si cela vous intéresse, cliquez sur le bouton "Support US" ou sur "soutenez-nous" dans le menu, puis remplissez le formulaire de pré-inscription. Vous recevrez par la suite un lien permettant le paiement en ligne.

D'où vient notre collection de jeux ?

Depuis sa création, la Game Preservation Society a accumulé 40,000 jeux vidéo ainsi que 30,000 objets dédiés (livres, tests, catalogues, CDs,...). Mais les membres ont souvent deux ou trois copies du même jeu. Ainsi, nous gérons environ 20,000 jeux différents sur un total estimé de 35,000 jeux vidéo commercialisés sur les années 70 à 90. Les membres sont tout particulièrement intéressés par les jeux pour PC, ce qui représente la moitié de la collection. A ce jour, notre collection de jeux japonais pour PC est probablement la plus importante au niveau mondial.

Que fait l'organisation de ses jeux ?

Préserver les veux jeux est une tâche difficile. Notre mission première est donc de développer des techniques de préservation. Les membres séparent les différents éléments de chaque jeu (bande, disque, couverture,manuel...) et les stockent dans les meilleurs conditions possible, respectant les règles de température et d'humidité. Puis, jeu après jeu, la préservation ou restauration commence. L'étape ultime consistant en la création d'un master de haute qualité du jeu contenant absolument tout, y compris les anomalies présentes sur l'original, qui pourra être utilisé par les générations futures. Ce processus est appliqué non seulement pour les supports magnétiques (cassettes et disquettes) mais également pour les  CD-ROMs, les manuels d'instructions et les magazines!

Quels jeux la Game Preservation Society préserve en priorité ?

En riant, notre président dit souvent qu'il préserve  “les pires jeux en premier, car quelqu'un s'est peut-être déjà occupé des meilleurs et plus célèbres jeux”. Le but de l'organisation est de créer une base de données la plus complète possible de non seulement les jeux connus mais plus important, les jeux oubliés. Ainsi, les chercheurs dans le futur pourront mettre en lumière des jeux négligés ou oubliés du passé. La Game Preservation Society se concentre sur les jeux dont personne ne s'occupe et sur ceux trop endommagés ou dont la préservation représente un challenge.Les membres de l'organisation sont très concernés par les jeux PC des années 80, dont les bandes magnétiques se détériorent rapidement, ainsi que certains jeux d'arcade ou les premiers CD-ROMs comme ceux de la PC Engine (TurboGrafx-16).

Pourquoi la Game Preservation Society compare compare les jeux vidéo aux ukiyo-e (estampes japonaises gravées sur du bois) ?

Étonnamment pour un documentaire sur la préservation des jeux vidéo, réalisé par NHK World, la dernière séquence du documentaire se déroule à l'Ota memorial museum of art dans Harajuku, Tokyo. Pourquoi cette comparaison entre l'ukiyo-e et les jeux vidéo ? Comme les fondateurs de l'organisation l'expliquent, l'impression sur bois était communément utilisée au Japon. Et alors que les japonais y accordaient peu de valeur, le ukiyo-e était très recherché en occident depuis le 19ème siècle. Les collectionneurs occidentaux et l'exposition universelle de Paris de 1867, où le Japon était représenté pour la première fois, jouèrent un rôle majeur dans la popularité de ces "impressions d'un monde flottant". Le fait que les japonais utilisaient ces impressions comme protection dans leurs expéditions de poteries et céramiques était une autre intéressante manière de propager le ukiyo-e mondialement. Au final, la plupart des pièces de collection de ukiyo-e se trouve en dehors du Japon.
De la même manière, d'importants collectionneurs internationaux ont commencé à récupérer des jeux de la période dorée du Japon(des la fin des années 70 aux années 80, plus le début des années 90). En comparant les jeux vidéo au ukiyo-e, les membres de la Game Preservation Society veulent alerter les japonais sur l'importance de préserver leur propre héritage.

N'hésitez pas à nous poser des questions : “support(at)gamepres.org”